12 erreurs de débutant à éviter au poker

Dans le poker, le moindre petit détail a son importance. C’est ce qui fait la différence entre un débutant, un bon joueur et un professionnel. Nous avons compilé dans cet article les 12 erreurs de débutant à éviter au poker.

Les 12 erreurs de débutant que j’aurais voulu connaître avant de m’asseoir pour la première fois à une table de poker

  1. Ne pas protéger vos cartes

    L’erreur est humaine. Le croupier a aussi le droit à faire des erreurs de débutant de temps en temps. Il entend à longueur de journée “call” “fold” “fold”, etc… . Et il ramasse les cartes des joueurs qui abandonnent les coups. Tout se passe comme prévu, jusqu’au moment où l’accident se produit. Vos cartes sont aussi précieuses que des diamants. Prenez-en soin. Vous avez la responsabilité de protéger vos cartes. En déposant un jeton dessus par exemple, sans quoi vous risquez de faire face à une situation fort désagréable. Allez poser la question à Estelle Denis qui a vécu cette mésaventure au pire moment face à JC Tran lors des World Series Of Poker 2009.

  2. Défendre absolument ses blinds

    Ne faites pas une fixation sur vos blinds. “Le joueur au siège 4 fait que de m’attaquer quand je suis en big blind, je ne vais pas me laisser faire !” Et alors ? C’est peut-être vrai qu’il s’attaque à vous, mais ne perdez pas votre sang froid pour autant. Ou alors vous allez chercher des raisons de rentrer dans le coup “J’ai déjà engagé une blind, j’ai pas grand chose à rajouter. Si je touche, je serai invisible. C’est jackpot!” Le cimetière des joueurs de poker est plein de joueurs qui pensaient ainsi. En défendant absolument vos blinds, vous vous retrouverez à jouer des coups hors de position avec une main souvent dominée face à un joueur qui aura pris l’initiative du coup. Totalement infructueux.

  3. Jouer trop de mains

    L’une des erreurs de débutant les plus communes est de jouer bien trop de mains. Le bleu aura tendance à manquer de patience. Il voudra montrer à ses adversaires qu’il n’a pas peur de jouer et que lui aussi peut rentrer dans l’action. Il surestimera également la force de ses mains “Un joueur a misé, le suivant a relancé. Mais j’ai quand même QJ, ce sont deux cartes habillées, moi aussi je suis fort.” Oui, tellement fort que vous payerez 3 barrels avec votre top paire et serez surpris de voir votre adversaire retourner KK.

  4. Bluffer les calling stations

    C’est quasiment impossible de passer un bluff à un joueur qui ne veut pas coucher sa main, alors n’essayez pas. Vous savez que cet adversaire n’abandonne que très rarement les coups dans lesquels il s’engage. Si vous devez affronter un tel joueur, pensez à faire grossir les pots seulement si vous êtes armés. Il y a de fortes chances que les jetons reviennent dans votre direction à l’abattage (showdown).

  5. Montrer vos cartes

    Si vous montrez vos cartes alors que vous n’en êtes pas obligé, il doit y avoir une bonne raison. Si c’est pour diffuser une fausse information, soit. Cependant, n’oubliez pas que vos adversaires plus expérimentés vous observent. Ils s’en fichent pas mal de votre main. En revanche, ils auront repéré la manière dont vous vous comportez en situation. Ils s’en rappelleront la prochaine fois que vous vous retrouverez en face à face. Notre conseil ? Laissez ça aux joueurs plus expérimentés.

  6. Ne pas être conscient de votre image à la table

    Vous avez remarqué que le joueur au siège 1 est une serrure ? Que le siège 2 est lui hyper agressif ? La dame au siège 3 joue de manière super passive et le vieux en 4 défend toutes ses blinds. Vous avez remarqué tout ça ? Bien. Vous savez quoi ? Eux aussi se sont fait une image de votre style. Utilisez cela à votre compte en surprenant vos adversaires. On vous a catégorisé comme bluffer ? Soyez-en conscient. Profitez-en et maximisez vos grosses mains.

  7. Manquer d’agressivité

    Pour remporter un coup au poker, il faut soit avoir une meilleur main que votre adversaire, ou que tous vos adversaires se couchent. En jouant de manière passive, vous manquerez un grand nombre d’opportunités de remporter des coups. Logique implacable, en agressant votre adversaire, vous aurez plus de chance de remporter un coup qu’en le subissant.

    Votre adversaire, qui a relancé pré-flop, fait une mise de continuation (continuation bet). Vous avez un tirage couleur au flop et décidez de payer. C’est correct. Mais de temps en temps, il est également intéressant de relancer au flop. Vous aurez ainsi une chance supplémentaire de remporter le coup en faisant abandonner votre adversaire.

  8. Jouer au-dessus de vos moyens

    Même si vous jouez de manière récréative, il est important de bien gérer votre bankroll poker. Les débutants n’ont pas forcément conscience de la variance. Les périodes de downswings peuvent mettre à mal vos finances. Si vous jouez au-dessus de vos moyens et sans une gestion de votre bankroll qui vous permettrait de battre la variance, vous courez à votre perte. Allez lire notre article sur la gestion de votre bankroll au poker.

  9. Jouer pour vous refaire

    Vous venez de perdre deux caves. Aïe, c’est pas cool. Vous avez pris la décision de vous refaire, et vite ! Comment ? En augmentant les mises, en jouant des hyper-turbos, en jouant des heads-up. TTTIIIIIILLLLLTTTTT ! C’est une grossière erreur de débutant. On ne joue pas pour se refaire. Vous rentrez dans l’émotionnel et perdez votre sang froid, ce qui affectera négativement votre prise de décision. La seule chose que vous arriverez à faire est de creuser un peu plus le trou dans votre bankroll. Stop, c’est l’heure de la pause.

  10. Laisser les émotions prendre le dessus sur votre poker

    Restez toujours en contrôle de vos émotions. Il est possible que vous ayez eu une mauvaise journée au travail. Ou alors que le joueur au siège 3 vous mette en tilt car il vous a infligé un bad beat et claqué les cartes sur la table en hurlant “Tout pour papa !” C’est moche, mais des bad beat vous en infligerez également. Son tour viendra, mais ne laissez jamais les émotions vous submerger et affecter votre prise de décision. Ne faites pas une fixation sur un joueur ou un autre. La seule chose à faire pour être gagnant est de continuer à prendre les bonnes décisions. Si les émotions prennent le dessus, fuyez la table le temps de redescendre. Si vous désirez passer à l’étape supérieure, nous vous recommandons de lire l’ouvrage de Jared Tendler Le Mental Au Poker: Des stratégies ayant fait leurs preuves pour mieux gérer le tilt, la confiance, la motivation, gérer la variance, et plus.

  11. Miser trop petit

    L’une des erreurs communes au poker consiste à miser trop petit. Vous avez et avez floppé un brelan sur un board et vous vous dîtes qu’il serait bon d’extirper un maximum d’argent à votre adversaire. Jusque-là, nous sommes bien d’accord. Comment faire pour rentabiliser au mieux ce monstre? En misant petit, on s’assure que l’adversaire paie. Vous misez 20% du pot. Turn . Rebelote, vous misez à nouveau 20% du pot. River . Aie, un 4e pique. Vous checkez et votre adversaire met une grosse patate. Vous vous voyez forcé d’abandonner le coup en couchant votre brelan de 7. Vous vous dites que votre adversaire a vraiment de la chance. C’est avant tout vous qui avez joué avec le feu. En misant petit, vous avez gardez votre adversaire dans la course pour un prix modique. Vous ne pouvez vous en prendre qu’à vous-même.

  12. Payer pour confirmer votre lecture

    C’est sans doute l’une des erreurs les plus communes. Y compris des joueurs expérimentés continuent à payer “pour voir”. Super, vous avez payé €50 avec la 4e paire et avez vu les cartes de vos adversaires. Il a brelan et est des années lumières devant vous. Vous le mettiez justement sur un brelan ou un truc comme ça depuis le début du coup. Mais vous aviez besoin de voir ses cartes pour confirmer vos soupçons. “Ouais, mais maintenant je sais comment il joue les brelans et j’exploiterai cette info plus tard”. Le cimetière des joueurs broke de poker est plein de joueurs qui comptaient exploiter les informations de leurs adversaires en payant perdant. Vous avez perdu €50 et c’est tout.

L’erreur au poker: la formidable opportunité d’apprendre

Vous faîtes des erreurs au poker? Cela affecte votre moral? La seule chose qui doit vraiment vous déranger est de voir votre bankroll fondre sans réagir. Dites-vous que faire une erreur est une formidable opportunité d’apprendre. Tout le monde fait des erreurs, y compris les meilleurs joueurs de la planète. Ils en font moins tout simplement.

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de

Pin It on Pinterest

Plus dans Stratégie
Gestion de votre bankroll au poker

Avoir une bonne gestion de votre bankroll au poker (bankroll management) est un élément primordial pour garder le contrôle sur...

Fermer